L’étude qui va (enfin) vous convaincre des bienfaits du bio

En France, le taux de mortalité a toujours été important à cause du cancer. Pour trouver une solution ainsi qu’un remède efficace face à cette maladie extrêmement dangereuse, il faudrait sans doute se tourner vers les produits biologiques. Le bio fournit, d’ailleurs, un bon nombre d’avantages que ce soit au niveau du corps ou de la santé en général.

Une infographie sur le site du Dr.Ginkgo explique justement les bienfaits du bio vis-à-vis de cette maladie. Si la consommation des produits d’une culture conventionnelle ne s’avère pas très efficace face au cancer. Les bios, quant à eux, contiennent des antioxydants permettant de lutter contre la dégradation cellulaire. D’après les résultats de recherche en question, cette propriété des produits bios permettent, en conséquence, de lutter contre la détérioration du patrimoine génétique.

Les bénéfices du bio à long terme pour la planète

On profite aussi d’autres atouts en mangeant bios. Sa qualité découle du fait que l’agriculteur évite l’usage d’additifs alimentaires et de pesticides. A noter qu’une étude franco-américaine a prouvé que ces produits troublent amplement l’organisme humain et entraînent, par la même occasion, des réactions allergiques. Chose, dont on ne souffre jamais avec des légumes, fruits et autres produits issus d’une agriculture biologique. Mis à part cela, les chiffres liés à l’obésité diminuent de 30 % grâce aux produits bios selon les scientifiques. Ce qui prouve que les consommateurs d’aliments issus d’une production biologique s’exposent moins à cette maladie par rapport à la normale.

En outre, il est aussi possible de bénéficier d’autres avantages du bio, dont la stabilité du système neurologique, la protection de la croissance cognitive chez l’enfant, la réduction des risques de succomber aux maladies chroniques comme l’AVC et le diabète, les meilleurs apports nutritionnels et la réduction des risques de résistance aux antibiotiques.

La planète a besoin des bienfaits de l’agriculture biologique pour son bien-être. En effet, une culture intensive ne fournit pas assez d’activité microbienne. Tandis que la méthode bio, aussi bénéfique pour notre santé que pour notre corps, octroie un taux d’activité microbienne compris entre 30 et 100 %. En optant pour les fruits et légumes bios, on contribue également à la préservation de la planète vu que la culture bio garde les sols fertiles, tout en protégeant l’écosystème. Elle préserve les ressources naturelles et n’est pas un danger pour la biodiversité aquatique. Et qui plus est, il n’utilise que des engrais organiques qui assurent la fertilisation des sols et la propreté des eaux. Sans oublier que cette méthode limite les gaz à effet de serre.

L’agriculture biologique : état des lieux

La consommation ainsi que la production des produits bio font actuellement partie des standards de vie en France. Cette habitude a débuté depuis plusieurs années maintenant et inclus une somme de 10 Milliards d’euro par an en moyenne.

Le bio en France et en chiffres :

D’après les informations obtenues du Ministère de l’Agriculture français, le territoire compte 47 196 producteurs bios en 2021. Cet intérêt aussi prononcé pour la culture biologique n’est, toutefois, pas nouveau. Cela dure depuis l’année 2018 à partir de laquelle 2,3 millions d’hectares ou 8,5 % du territoire agricole du pays ont été cultivés de manière biologique. En partant de cette date, il est estimé que 13 % des exploitations en France ont été soumises à ces méthodes.

Les garanties apportées par le label bio

L’année 1991 marque la création du label AB en France. À souligner qu’en tant que pays fondateurs des textes qui régissent l’agriculture biologique sans produit chimique de synthèse, elle a déjà mis en avant les effets positifs de ce type de production vers les années 80.

Il est, d’ailleurs, possible de tirer deux exigences extrêmement importantes à partir des cahiers de charge du label AB, qui sont l’interdiction des produits chimiques de synthèse et de l’organisme génétiquement modifié ou l’OGM. Par le biais de ces clauses, le label AB ne constitue non seulement une différenciation de l’agriculture biologique à l’agriculture conventionnelle, il forme aussi une garantie pour ceux qui consomment les fruits, les légumes ainsi que d’autres aliments issus de ce mode de production.

Les producteurs réalisent la fertilisation organique des sols et le paillage tout en les modernisant. Ils relancent donc les anciennes méthodes de production au lieu de la fertilisation phosphatée et au lieu de travailler intensément les sols. Cette technique de production évite les herbicides et le traitement chimique des produits. Elle opte, d’une part, pour des produits d’origine naturels afin de limiter et éliminer les mauvaises herbes. La culture bio consiste, d’une autre part, à sélectionner les meilleures semences pour que les produits soient plus résistants même sans traitement chimique.

Un bon nombre de critères doivent, d’autant plus, être tenus en compte pour qu’un produit puisse être appelé « produit bio ». Ils portent, en premier lieu, sur le mode de production. On retrouve, en second lieu, les méthodes de transformation. Sans oublier la traçabilité ainsi que d’autres points importants au sujet du produit en question. Ces détails seront vérifiés par un organisme indépendant et impartial, qui se trouve sous l’égide d’une agence gouvernementale spécifique. Il s’agit de l’Agence Bio créée en 2001 et soumis au Ministère de l’Agriculture. À savoir que concernant cette certification bio, la France dispose déjà de 8 organismes agréés.