Zoom sur le miel et ses différentes vertus

Les abeilles symbolisent beaucoup le pouvoir de la nature. La fabrication du miel en est l’illustration parfaite. Sachez que 8 millions de fleurs sont nécessaires pour obtenir un peu plus de 500g de miel. Ce qui résume très bien la vie d’une abeille. Argument marketing, condiment à la mode, le miel est devenu tendance ces dernières années. Ce précieux liquide couleur or est recherché et fortement demandé pour ses vertus gastronomiques bien sûr, mais aussi grâce à ses propriétés thérapeutiques. Cette réputation est-elle usurpée ?

Plus de sucre ? Pas de soucis voilà du miel

Le miel est l’alternative naturelle du sucre de table. Plus doux, c’est un aliment qui n’a pas été transformé. Il arrive sur votre table tel que les apiculteurs les ont recueillis dans les ruches. C’est un produit très riche en minéraux (calcium, fer, magnésium) et est bourré de vitamines (B et C surtout). Pour faire du miel, les abeilles butinent de fleur en fleur en quête de nectar et une fois recueille ce précieux liquide est « échanger » d’abeille en abeille à l’intérieur de la ruche. Ce processus transforme petit à petit le nectar et l’enrichit d’enzymes.

A contrario, le sucre de table passe par moult raffinage et transformation qui détériorent petit à petit ses minéraux. Le miel est exploité depuis longtemps dans nos petits remèdes de grand-mère. Rajouter du miel à une infusion, se mettre du miel sur le visage pour adoucir la peau, ce sont effectivement des conseils qui marchent !

Le miel possède une propriété antiseptique , ce qui veut dire qu’il est efficace contre la prolifération de bactéries. C’est également un remède efficace contre la toux. Et en période de rhume virulent, une dose de miel par jour est conseillée pour se soigner.

Le miel c’est bon, mais pas toujours

Se composant à 55% de fructose selon sa provenance, le miel c’est aussi 80% de sucre. Tous les produits que vous rencontrerez sur le marché seront différents. La nature des fleurs butinées, l’origine du miel, ce sont des facteurs qui influent grandement sur le gout et la qualité finale du miel. L’OMS recommande une cuillère à café de miel par jour soit l’équivalent de 8g de sucre pour rester en bonne santé et préserver son organisme.

A savoir aussi que le fructose est présent dans les fruits. S’il joue peut-être en faveur du miel, sachez que seule notre fois est capable de synthétiser et métaboliser le fructose. Et généralement nos repas quotidiens contiennent déjà beaucoup de fructose. Une dose supérieure à ce que notre foie peut ingérer. Le fructose non éliminé va alors être stocké dans le foie entrainant une prise de masse de l’organe. Cela entraine une résistance à l’insuline et augmente le risque de diabète.

Où trouve-t-on les bons miels ?

La tendance bio est la norme ces dernières années. Des boutiques bios poussent de partout et propose dit-on des produits 100% naturels. Et pour démontrer le succès grandissant du miel, le marché a enregistré une hausse mondiale de la demande de l’ordre de 60%. Qui dit augmentation de la demande implique aussi beaucoup d’offres. Le miel est alors importé de partout et il n’est pas rare de rencontrer des produits trafiqués avec des sirops de sucre, de l’eau. Méfiez-vous des miels produits dans les pays de l’Est et des pays asiatiques.

Privilégier les productions locales si vous êtes dans l’hexagone. Ailleurs, le miel français jouit d’une excellente réputation. Fiez-vous aussi au prix du marché : du miel vendu à moins de 10 euros le kilo devrait déjà attirer votre attention sur sa qualité. Prenez garde aussi aux inscriptions « Mélange de miels UE et hors UE ». La traçabilité de ces produits est trop complexe. Choisissez du miel bio pour votre santé ! Regardez les labels présents sur l’étiquette du produit.

Le label du bio français ou l’Eurofeuille sont déjà de bonnes garanties sur la qualité du miel que vous allez acheter. Consommez avec modération pour préserver les abeilles et la nature. Une exploitation intensive du miel entraine irrémédiablement une disparition progressive des abeilles. Victimes de l’usage d’insecticides, c’est plus de 30% des colonies d’abeilles qui disparaissent chaque année. En France la production de miel est en baisse de 50% par rapport aux années 90.

Photos: f1g.fr, eurofins.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *