Voyage en train en France : plus d’anonymat qui tienne !

Depuis le 09 mai, en France, chaque passager de chaque train doit se présenter. C’est-à-dire donner son nom, son prénom ainsi que sa date de naissance est devenu obligatoire lorsque l’on se procure un billet auprès d’un guichet ou d’un distributeur. L’époque où chacun pouvait voyager discrètement et librement semble être révolue.

SNCF, vers un changement sans précédent

La SNCF a établi de nouveaux tarifs, et dans la foulée, elle a également mis en place de nouvelles conditions de vente. Désormais, ses usagers doivent donner leur nom pour pouvoir obtenir un billet. Suivant les explications de Franceinfo, la compagnie de train a décidé que l’« e-billet » est désormais obligatoire. Quelques explications !

Cette décision a pris effet récemment et a été beaucoup critiquée par la CNIL même si légalement la SNCF en a tout à fait le droit. Le billet électronique prend la forme d’un code-barres ce qui fait qu’il peut être porté sur divers supports. Ainsi, les voyageurs peuvent facilement l’imprimer sur une feuille de papier ou bien le télécharger sur leurs Smartphones.

La règle de l’identification est obligatoire pour tout achat d’un e-billet. Que ce soit pour les passagers disposant d’une carte de réduction ou non. Ceux qui choisissent d’acheter leur billet en argent liquide n’y échappent pas non plus. D’autre part, l’e-billet n’est pas cessible à un tiers, une mesure appliquée pour éviter les usages frauduleux et toute tentative d’usurpation d’identité.

L’application du billet nominatif

L’e-billet est exigé pour tous les déplacements en Intercités ou en TGV nécessitant une réservation en TER. Cependant, les trajets sans correspondance en TER n’exigent pas une identification. Il convient de rappeler que cette disposition de la SNCF est appuyée par une loi.

Les passagers doivent donner une justification d’identité chaque fois que la compagnie le réclame. Cette obligation est applicable à toute personne se trouvant dans une zone réservée aux titulaires d’un titre de transport, mais également à chaque passager sans titre de transport valable, ou essayant de régulariser sa situation. Cette mesure permet à la SNCF de vérifier plus facilement si les renseignements donnés par les passagers correspondent réellement à leurs titres de transport.

Les exceptions qui confirment la règle !

Certains cas d’exception échappent à l’application de cette nouvelle disposition. Selon la compagnie SNCF, pour les déplacements en TER qui ne présentent aucune correspondance, l’identification n’est pas obligatoire . À noter que les billets classiques sont encore en vente, mais ils ne sont disponibles qu’à des tarifs spéciaux. C’est le cas du tarif handicapé, le tarif militaire, les billets pour les animaux de compagnies et d’autres encore.

Par ailleurs, la CNIL ou Commission nationale de l’informatique et des libertés est favorable au respect du droit de voyager librement sans obligation de présenter son identité. Pour elle, voyager anonymement est un droit fondamental dont chaque passager devrait librement jouir. La commission compte bien discuter de la question avec la SNCF Mobilités pour une étude de la situation même si la loi n’est pas de son côté.

Photos : ectorparking.com, resize-europe1.lanmedia.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *