Le gouvernement présente son plan d’action pour les internats

Début juillet, Jean-Michel Blanquer – ministre de l’Éducation nationale – a présenté son plan d’action pour redonner vie à plusieurs internats en France principalement ceux présents dans des zones rurales et prioritaires.

Rénovation des internats

Ce projet du ministère de l’Éducation nationale ne prévoit pas de construire de nouveaux établissements, mais compte sur ceux déjà présents. De nombreux internats peinent à se remplir notamment à la campagne et en montagne. Selon les statistiques présentées par le gouvernement, 40 000 places sont vacantes sur les 200 000 disponibles dans les établissements présents dans diverses régions de France. Pour remédier à cette perte d’intérêt des familles et des élèves français, le gouvernement souhaite donner un nouveau souffle à l’internat en misant sur des projets autour :
• de la science
• du numérique
• de la technologie
• du développement durable

 

La zone rurale concernée

Dans ce plan d’action, Jean-Michel Blanquer souhaite se concentrer sur les zones rurales et notamment les internats présents en montagne. Très en vogue durant les deux siècles derniers, les internats de ces régions sont souvent délaissés alors l’objectif est de leur redonner de la valeur aux yeux des familles et des collégiens et lycéens. Trop souvent vu par certains comme une punition, l’internat a perdu de sa superbe alors l’objectif aujourd’hui est de proposer de nouveaux projets éducatifs. Il souhaite également changer le fonctionnement de ces pensions en raccourcissant les périodes d’internat. À partir de 2020, les élèves pourront séjourner dans un internat durant un trimestre, un mois voire moins pour préparer le brevet ou le baccalauréat par exemple.

Les secteurs prioritaires

Le gouvernement souhaite également redonner un souffle à des internats en zone d’éducation prioritaire. 100 pensions devraient être proposées en France avec un minimum d’un par secteur. Ces internats seront destinés aux bons élèves inscrits dans des établissements présents dans des quartiers démunis. Comme énoncé, le ministre de l’Éducation veut également permettre à ces élèves de zone prioritaire de pratiquer du sport, de s’ouvrir à l’international ou encore d’intégrer des projets autour des matières scientifiques.

13 000 nouveaux élèves dans ces internats nouvelle génération

L’objectif du gouvernement avec ce plan d’action internat est d’accueillir 13 000 élèves supplémentaires dans ces établissements nouvelle génération. Le vice-président de l’Assemblée des départements de France – M.Gouttebel – précise que de nombreuses familles sont enclines à faire entrer leurs enfants pour leur apporter « un cadre » et de leur faire respecter les règles de la vie en communauté.

Mais ceci a un coût ! Selon le ministère de l’Éducation, ce projet tourné vers de nouvelles matières éducatives devrait coûter jusqu’à 2000 euros supplémentaires par élève. De plus, des travaux sont prévus dans certains établissements pour garantir un meilleur accueil pour ces nouveaux pensionnaires. Pour financer ce nouveau projet, il faudra compter sur divers acteurs comme les départements, les collectivités ou encore les conseils régionaux. De plus, La Banque des Territoires devrait pouvoir débloquer jusqu’à un milliard d’euros de prêt.

Par ailleurs, cette réhabilitation des internats nécessite le recrutement de professeurs, mais aussi de personnels encadrants. Un projet créateur d’emploi !

Photos : ouest-france.fr, leschartreux.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *