Les aides à la rénovation énergétique

Réchauffement et changement climatique, pollution, le contexte actuel amène l’humanité à se remettre en question, à faire des efforts pour une réduction de la consommation d’énergie vers une économie plus verte, plus écologique. Dans cette optique, les politiques gouvernementales mettent en place des aides financières afin d’encourager et d’accompagner les travaux de rénovation énergétique de tout genre. Trouvez dans les lignes suivantes quelques précisions sur les aides possibles dont chaque citoyen peut se prévaloir.

Des financements pour un objectif d’efficience

Renouveler des installations précaires, faire des réparations pour le chauffage ou les isolations, tout ceci dans le but d’améliorer les conditions d’habitation, de gagner en performance en profitant des progrès technologiques ; quel que soit votre revenu ou le type de rénovation que vous souhaitez réaliser, vous trouverez votre compte :

  • Revenus modestes ou très modestes
  • Revenus intermédiaires
  • Revenus élevés

Sous forme de primes, de crédits ou de réduction sur les taxes, les aides à la rénovation énergétique sont à la portée de tous et diffèrent selon leur propre plafond, les montants alloués et les personnes bénéficiaires :

  • Propriétaire occupant
  • Propriétaire bailleur
  • Syndicat de copropriété
  • Locataire
  • Occupant à titre gratuit

La cumulabilité des différentes aides offre de nombreux avantages et élargit les possibilités pour tous les demandeurs.

Comment obtenir un financement ?

Crédit d’Impôt sur la Transaction Energétique (CITE), Ma Prime Renov’, Prime Effy, Aide Habiter Mieux Sérénité de l’Anah, Taux réduit de TVA à 5,5%, Chèque Energie, Aide d’Action Logement, Eco Prêt à Taux Zéro… Les montants peuvent aller de 1 000 € à 30 000 € pour couvrir de 35% à 100% des travaux de rénovation. Bénéficier des différentes aides se fait néanmoins sous quelques conditions :

  • travaux exécutés sur une résidence principale parfois secondaire (maison ou appartement) achevée depuis plus de 2 ans (15 ans pour certains)
  • travaux et équipements sous critère d’éligibilité et exigences techniques de chaque type d’aide
  • réalisation des travaux par un professionnel RGE (reconnu garant de l’environnement)

La demande de dossier peut se faire en ligne. Elle doit être effectuée, pour la plupart des aides, avant la signature du devis ou le versement d’un acompte. Par la suite, le financement est délivré à la réception de la facture, exception faite pour les crédits d’impôt qui sont à déduire à posteriori donc demandés avec la déclaration de revenus du bénéficiaire.

Des réformes pour l’année 2020

Le CITE qui auparavant était au taux de 30% applicable à tous les revenus est désormais un montant forfaitaire réservé au ménage à revenus intermédiaires et supérieurs (pour seulement certains types de travaux). Sur une période de 5 ans, il sera limité à 2 400 € pour un célibataire, à 4 800 € pour un couple, avec une majoration de 120 € pour chaque personne à charge.

Les propriétaires à revenus modestes et très modestes se verront également octroyer, à la place du CITE, un montant forfaitaire à travers Ma Prime Renov’. Celle-ci est combinée avec la Prime Effy. Ma Prime Renov’ peut aller jusqu’à 20 000 € sur une période de 5 ans.

Ces nouvelles dispositions font cependant monter la polémique sur les objectifs d’efficience des aides à la rénovation énergétique. En effet, ces limitations pourraient constituer un frein et amener une baisse des travaux pour certains ménages, alors que la France espère 500 000 rénovations par an. Néanmoins, les professionnels sont nombreux à s’engager à fournir des conseils afin de permettre à chacun de tirer au mieux parti de ces diverses aides et soutien à la rénovation énergétique.

Illustrations : travaux.com ; maisonentrauvaux.fr