Aliapur : leader du recyclage du pneu en France

Créée en 2003, Aliapur a pour but de valoriser les pneus usagés et de limiter leur impact nocif sur l’environnement. Le fonctionnement même de l’entreprise repose sur deux principes fondateurs : l’équilibre économique et la faible empreinte écologique. Aliapur intervient directement auprès des producteurs de pneus et les convainc de penser à la fin de vie des pneus usagés. L’enseigne propose directement ses services aux manufactures de pneus. La structure de l’entreprise fait donc que ses fondateurs – Pirelli, Bridgeston, Goodyear, Continental, Kléber et Michelin – sont également ses principaux clients.

La société estime que sa mission relève de l’intérêt global des citoyens français et européens en général.

Afin d’atteindre cet objectif, Aliapur suit rigoureusement un plan d’activités élaboré depuis ses débuts. Son fonctionnement est dicté par les 5 axes suivants :

  1. Supprimer le stockage de pneus usagés non réutilisables
  2. Récolter directement les « déchets » pneumatiques auprès des 40 000 distributeurs et détenteurs sur tout le territoire français
  3. Trier les matières ainsi récupérées sur les sites de collecteurs de pneus usagés agréés
  4. Planifier la valorisation des produits à recycler sur des sites de transformation adéquats
  5. Encadrer la valorisation auprès d’entreprises spécialisées.

Grâce à l’intervention d’Aliapur, ces matériaux, qui ont été considérés comme facteur de risque de la dégradation de l’environnement, sont désormais inscrits parmi les déchets non dangereux. Et cela est approuvé par l’ADEME. Découvrons plus en détail l’histoire de cette entreprise.

Aliapur: une riche histoire

Les débuts d’Aliapur dans le domaine de la valorisation des pneus usagés ne sont pas le fait du hasard. Avant la création de la société, les déchetteries et les garages contactent directement les collecteurs de pneus usagés et négocient par leurs propres moyens les pris de ces déchets. L’absence de régulation de ce marché entraîne une concurrence accrue et un amoncellement de stocks de pneus usagés devenus incontrôlables. Les stocks orphelins ou historiques commencent alors à voir le jour dans les années 1990.

actionnaire aliapur
Continental détient a part égale la société Aliapur avec d’autres géant de l’industrie du pneumatique

Conscient des dangers de la situation, l’État intervient et somme les vendeurs et producteurs de pneus de se conformer à la Responsabilité Elargie du Producteur. Avec ce dispositif, le recyclage et la collecte des pneus usagés sont planifiés en amont. La déclassification des pneus usagés comme déchets ultimes et l’interdiction de les mettre en décharge poussent les acteurs principaux de l’industrie pneumatique à agir.

Ils créent alors une entité chargée d’encadrer et conduire la collecte et la valorisation des pneus usagés issus de leurs propres chaînes de production.
C’est ainsi qu’Aliapur voit le jour dès 2003, sous la forme d’une société anonyme détenue à parts égales par les principales industries pneumatiques : Michelli, Pirelli, Continental, Bridgeston, Dunlop Goodyear et Kléber. 15 ans après, la structure et le mode de fonctionnement de l’entreprise ont très peu changé.

Aliapur, un savoir-faire indéniable

A la rescousse des pneus orphelins

Les pneus dits « orphelins » ont été longtemps jetés aux oubliettes par les propriétaires automobiles, les garagistes et les collecteurs. Aliapur a une toute autre vision vis-à-vis de ces déchets.  Bien consciente du danger que représentent ces stocks anciens, l’entreprise s’est engagée à traiter par ses propres moyens pas moins de 26 000 tonnes de pneus usagés entre 2004 à 2008, avec le soutien du ministère de l’Écologie et du Développement durable de l’époque.

Après 2008, Aliapur est resté très engagé dans le traitement des stocks historiques de pneus usagés en France. L’entreprise, par le biais de ses actionnaires, est grandement impliquée dans la création de l’association Recyvalor. Cette entité a pour mission d’évacuer et valoriser les stocks historiques de pneus usagés, évalués à plus de 200 000 tonnes avant 2004. L’association a bénéficié du soutien de l’Ademe et de l’État.

collecte pneu aliapur
Statistiques sur la collecte de pneus d’Aliapur en 2016.

La partie opérationnelle de ce vaste projet a été conduite et gérée par Aliapur. Après presque une décennie d’intervention, Recyvalor a bouclé sa mission fin 2017.

L’évacuation des stocks historiques se fait selon une procédure bien élaborée comprenant plusieurs points précis :

  • Nettoyage du site de stockage et de ses alentours
  • Traçage de voies d’accès, de zones de chargement et de circulation
  • Décompte des lots à déplacer
  • Tri des pneus en fonction des commandes des valorisateurs
  • Chargement des pneus sélectionnés
  • Arrangement du site en prévision des futures interventions

Tout au long de ces étapes, le personnel d’Aliapur et de ses partenaires se soumet aux obligations légales et sanitaires sur le port des équipements de protection.

Que deviennent les pneus récupérés par Aliapur ?

Les pneus récupérés et traités par Aliapur se voient offrir une seconde vie, et ce, pour plusieurs raisons. Même après usure, la matière principale d’un pneu conserve l’essentiel de ses propriétés physiques, dont l’élasticité, la grande concentration de carbone, le pouvoir calorifique et le pouvoir drainant, entre autres.

Les industriels du recyclage, bien au fait du potentiel de ces produits, transforment les pneus usagés à leur guise. La liste des réalisations à base de pneus usagés est conséquente :

  • Gazons synthétiques pour les enceintes sportives
  • Murs anti-avalanches
  • Base de routes de montagne
  • Bitumes
  • Aires de jeux
  • Combustibles de substitution
  • Matière de remplacement de l’anthracite en aciérie
  • Objets moulés revulcanisés
  • Remblayage de carrières

L’utilisation de produits à base de pneus recyclés fait l’objet d’un suivi particulier de la part d’Aliapur, mais aussi d’autres organismes et institutions chargées d’évaluer le risque sanitaire vis-à-vis de ces matériaux.

Aliapur, une société en pleine expansion

Les clients d’Aliapur

Le fonctionnement bien huilé d’Aliapur et son objectif des plus nobles poussent de plus en plus d’acteurs à s’associer avec l’entreprise et contribuer à l’élimination et à la gestion des stocks de pneus usagés en France.
Tous les clients et partenaires d’Aliapur sont des entreprises soucieuses de leur empreinte environnementale et de l’avenir des pneus qu’ils produisent ou vendent auprès des automobilistes français.

client aliapur
La société Dujardin est l’un des clients historiques d’Aliapur.

Depuis la création de l’enseigne, pas moins de 300 entités ont contacté Aliapur pour collecter ou traiter le volume de pneumatiques qui tombent sous leur responsabilité. Ces tonnages correspondent ni plus ni moins à leur volume de vente de l’année précédente.
La liste de ces clients soucieux du devenir des pneus usagés est visible sur le site d’Aliapur, où ils sont classés par ordre alphabétique. Entre autres noms célèbres, l’on notera notamment la présence de marques ou de sociétés comme :

  • Dujardin
  • Ducati France
  • Cogepa
  • Continental
  • Peaugeot Motocyles
  • Pirelli
  • Point S
  • Renault Trucks
  • Suzuki
  • Titan France
  • Yamaha Motor France

 

La répartition de la clientèle

Au total, les services d’Aliapur profitent à presque tous les vendeurs, gérants de casse-automobile, distributeurs de pneus et autres collecteurs sur l’ensemble du territoire français. Selon le rapport d’activité 2017 de l’entreprise (disponible en fin d’article), les profils de ses principaux clients peuvent être classifiés comme suit :

  • 14 manufacturiers
  • 41 constructeurs automobiles
  • 17 sites internet
  • 273 entités exerçant une profession automobile autre que celles citées ci-dessus

Les clients d’Aliapur s’engagent dans leur grande majorité sur un contrat pluriannuel. Ils déclarent ainsi des volumes de vente plus ou moins stables tout au long de leur engagement, facilitant ainsi le calcul de leur éco-contribution à verser auprès d’Aliapur.

Aliapur accorde néanmoins une certaine flexibilité aux producteurs de pneus occasionnels, qui s’approvisionnent de manière irrégulière et en quantité limitée à l’étranger. Ces acteurs peuvent déclarer ces achats ponctuels, à condition de ne pas dépasser les 600 pneus tourisme et 100 pneus poids lourds pour chaque commande. Les tarifs d’éco-contribution appliqués à ces producteurs occasionnels sont identiques à ceux appliqués aux clients sous contrat pluriannuel.

Une collecte toujours plus importante

Preuve de la confiance accordée à Aliapur par les acteurs de l’industrie pneumatique, l’entreprise voit sa collecte progresser chaque année. L’exercice 2017 a été particulièrement mouvementé. Au cours de cette année, Aliapur a collecté pas moins de 350 000 tonnes de pneus usagés auprès des garagistes, des casses et de tous ses partenaires et clients.

collecte pneu
La collecte de pneu n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui en termes de statistiques

Ce chiffre n’est plus ni moins le record de la firme depuis sa création et l’encadrement de la filière de recyclage des pneus usagés en 2004. Ce tonnage a été complété à l’issue de 144 467 opérations de récupération et de valorisation, soit une opération de récupération environ par minute. Cela correspond environ à 46 millions de pneus tourisme récupérés sur une année civile.

Contrairement à la logique démographique, la région Ile-de-France n’est pas la première contributrice aux collectes d’Aliapur. Cet « honneur » revient à la région Auvergne Rhône-Alpes, où l’entreprise a collecté pas moins de 60 208 tonnes de pneus usagés. La Nouvelle Aquitaine et ses 40 289 tonnes arrivent en seconde position, suivie par l’Occitanie (37 139 tonnes) et Bourgogne Franche-Comté (28 829).

Vers plus de diversification des activités

L’augmentation du volume de collecte d’Aliapur se traduit par une stabilisation, voire une légère diminution de l’éco-contribution des pneus de catégorie A et poids lourds. Si l’on se fie à la courbe d’évolution entre 2004 et 2018, on observe une baisse de 30 % en moyenne pour les pneus de catégorie A, le record étant de 63,90 % pour les pneus de catégorie D1.

Cap vers la valorisation énergétique

Le développement de l’activité d’Aliapur se traduit aussi par une diversification des voies de valorisation. Traditionnellement, la valorisation matière (granulat, poudrette, cimenterie, carbone et fer) constitue la principale voie de recyclage des produits traités par Aliapur. Depuis 2017, la valorisation énergétique devient la première solution de valorisation conduite par l’entreprise.

Aliapur s’engage ainsi auprès de plusieurs valorisateurs, principalement en Europe, mais aussi en Asie du Sud (Inde et Pakistan) et au Japon. Les broyats produits par l’entreprise sont désormais recherchés par des industriels des quatre coins du monde, œuvrant dans des secteurs d’activités variés. Les clients finaux de la société comportent notamment des cimentiers, des firmes de géotechnie, des entreprises d’aciérie et de chaufferie ainsi que des granulateurs.

Aliapur peut ainsi se targuer d’avoir valorisé 376 000 tonnes – un record – de pneus en 2017. Ce tonnage inclut, outre les 350 000 tonnes de collecte, 26 000 tonnes de broyats envoyés à des cimentiers au Maroc, qui n’ont pu être valorisés en 2016 pour des raisons exceptionnelles.

L’acheminement des broyats vers les valorisateurs a mobilisé des moyens logistiques conséquents. Ainsi, Aliapur a employé :

  • 31 bateaux en 2017 pour expédier des broyats à l’étranger
  • 425 lignes terrestres pour déplacer des pneus entiers et des broyats
  • 700 containers de 76 m³ pour acheminer les commandes des valorisateurs en Asie et en Inde
  • Des trémies de chargement spéciales pour optimiser le remplissage des containers par l’arrière

Aliapur s’attend par ailleurs à une augmentation des commandes des valorisateurs, une réalité qui impactera logiquement sur son volume de collecte annuel.
L’activité d’Aliapur se déroule logiquement dans le strict respect de la loi en vigueur sur la question du traitement des pneus usagés.

Aliapur, les pneus usagés et la loi

Récupération de pneus usagés : que dit la loi ?

La prise en charge des pneus usagés est régulée par le Code de l’Environnement, qui définit les obligations des parties dites « metteurs » et celles dites « distributeurs » dans ce secteur d’activité atypique.

filiere valorisation pneu
La filière de valorisation du pneu en infographie.

Légalement, sont considérés comme metteurs toutes les entités qui :

  • Fabriquent des pneus neufs sur le territoire français
  • Vendent des pneus neufs en France
  • Importent des engins équipés de pneus neufs
  • Introduisent en France des pneus neufs

Les distributeurs sont ceux qui vendent ces pneus neufs aux particuliers et aux clients finaux, à savoir tous les automobilistes. Le Code de l’Environnement impose aux metteurs de collecter, traiter et valoriser l’équivalent en tonnages des pneus qu’ils ont vendu ou mis sur le marché l’année précédente. Les quantités valorisées et mises sur le marché doivent être rapportées aux organismes compétents en la matière.

Les obligations des metteurs sur le marché et des distributeurs

Les metteurs sur le marché ont la possibilité de mutualiser leurs obligations et confier à un organisme la gestion de leur collecte, valorisation et traitement de pneus usagés. Aliapur fonctionne justement sur ce modèle, dans le sens où elle est le fruit de l’association de plusieurs producteurs de pneumatiques.

cadre collecte pneu aliapur
Le cadre législatif autour de la collecte et de la valorisation des pneus est très strict en France et en UE

Les distributeurs, de leur côté, ont l’obligation de reprendre gratuitement un tonnage de pneus usagés égal à leur vente de l’année précédente. Ces pneus usagés doivent être ensuite confiés à un collecteur agréé, en respectant scrupuleusement les conditions de stockage et de démontage de ces produits à valoriser.

Des conditions de production strictes

Pour bénéficier des services de collecte Aliapur, par exemple, le distributeur doit entreposer les pneus usagés dans un endroit à l’abri des intempéries, facile d’accès et bien sécurisé. Des conditions ayant trait à la quantité minimale, le tri, le délai d’attente, la traçabilité et la mécanisation de la collecte doivent être également observées. Ces détails sont visibles sur le site officiel d’Aliapur.

Toutes ces contraintes et conditions ont pour but d’appliquer les dispositions générales du Code de l’Environnement vis-à-vis des pneus usés. Ces principes généraux peuvent se résumer en 4 points :

  • Les pneus neufs vendus ou distribués en France doivent tous faire l’objet de mesure de valorisation en fin de vie
  • Le dépôt, l’abandon et l’incinération de pneus dans la nature sont totalement interdits
  • La collecte et le traitement des pneus usagés incombent aux metteurs sur le marché
  • La reprise des pneus usagés auprès des automobilistes est du ressort des distributeurs

Au regard de ces responsabilités, Aliapur apparaît comme le chaînon manquant entre le collecteur et le valorisateur final. Sa position atypique ne l’empêche pas de prendre des engagements vis-à-vis des distributeurs et collecteurs, mais aussi auprès de ses clients, les industriels de la valorisation.

Les engagements d’Aliapur

Aliapur ne se contente pas de trier, collecter et valoriser les pneus usagés issus du parc automobile et industriel français. L’entreprise s’engage à chercher en permanence de nouveaux moyens de soutenir l’industrie européenne et toute la filière de recyclage liées de près ou de loin aux pneus usagés.

dg aliapur
L’entreprise, par l’action de son directeur général Eric Fabiew,  cherche à adopter des pratiques résolument orientée vers l’écologie

Elle investit massivement dans des travaux de recherche et développements sur les applications futures des broyats et granulats provenant de pneus recyclés. Les travaux de recherche d’Aliapur se font selon une logique en cinq points précis :

  • Le produit final doit être écologiquement acceptable
  • Le caractère novateur du produit est incontesté
  • Le nouveau produit répond à un besoin réel du marché
  • Le projet permet à terme une réduction de coûts pour la filière de recyclage de pneus en général
  • Le projet apporte de la valeur ajoutée à l’économie et l’écologie

Fidèle à ces engagements, Aliapur travaille actuellement sur plusieurs projets susceptibles d’apporter un certain nombre de changements dans plusieurs domaines. Parmi ces produits novateurs figurent notamment les bio-composites, panneaux faits avec un mélange de caoutchouc recyclé, de bambou et de basalte, et le projet InPPURPLAST, visant à ajouter des poudrettes de pneus recyclés dans les plastiques. Aliapur collabore avec des bureaux d’études et des instituts de recherche pour mener à bien ces travaux et atteindre son objectif initial : redonner une seconde vie à tous les pneus usagés, pour le bénéfice de l’environnement… et de l’économie.

Voici quelques données sur l’entreprise pour aller plus loin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *